6ème Rencontres Inter universitaires au Musée des Beaux-Arts

diapositive1

Les 6ème Rencontres Inter Universitaires ouvertes au grand public se dérouleront le vendredi 24 mars de 13 h à 17 heures au Musée des Beaux-Arts de Lyon.

Tous les acteurs universitaires inclus dans le projet 2016-2017 enseignants-chercheurs et étudiants de Lyon et St Etienne,  l’Université Degli Studi di Torino et les étudiants de la Compagnie de danse Hallet Eghayan travaillent sur un socle commun de recherches Arts/Sciences sur le thème des Grands Récits.

C’est à partir du texte de référence ci-dessous que les travaux peuvent être mis en oeuvre dans chacun des établissements partenaires.

Les grands récits – que nous disent-ils sur nous ?

1 L’organisation d’un chaos passé et futur

Les récits peuplent notre vie d’humains depuis que le langage le lui a permis, peut-être avant même. Ecrits ou oraux, ils mettent en jeu et en ordre des événements réels ou fictifs pour en dérouler le sens. Ils rendent intelligible le lien obscur qui se tisse entre les présents de chaque histoire. Une enquête policière, un mythe fondateur, le mensonge d’un amant ou d’une maîtresse, les films, le théâtre, les contes, les romans ou la science fabriquent à tour de bras des récits. Le récit ordonne le temps et les événements qu’il accueille.

L’anthropologie nous montre que les récits fondateurs établissent toujours une connexion entre les réalités intérieure et extérieure des humains. Peut-être que cette connexion n’est pas que l’apanage des mythes fondateurs et recouvre en définitive la totalité de l’acte de la mise en récit.

Il ne suffit pas de se cantonner aux récits déjà-là pour englober la totalité des récits possibles. Il y a aussi évidemment ceux qui sont en cours de réalisation et ceux qui viendront plus tard. Il y a sans doute de grands récits à naître ; de nouveaux romans, de nouveaux grands films, de nouvelles histoires de science.

2 Le récit met au présent une histoire

Qu’est qu’un récit en définitive ? Est-il une histoire ? De la mythologique épopée de Gilgamesh au futur roman à venir en passant par la très scientifique théorie du Big bang, ces histoires sont ou déjà écrites ou en cours d’écriture ou encore à écrire. Sont-elles pour autant des récits ?

Comme pour les histoires, il n’y a pas de récit sans déroulement, sans scène. En revanche, telle une bobine de film, le récit (re)déroule ad libitum une histoire unique, qu’elle soit vraie, fantasmée, inventée ou tout simplement fausse. Chaque histoire est unique, déjà vécue en réalité ou en germe dans l’esprit créatif de celui ou celle qui l’invente ; le récit est l’outil qui la réactualise et la remet au présent : notre présent d’écoutant.

Créer un récit c’est raconter des histoires en quelque sorte. « Insuffisant » hurle le griot. « Je ne peux gagner ma vie sans public » ! C’est le verbe raconter qui est important. Si le texte d’une pièce est l’histoire, la représentation en est le récit, si la partition est l’histoire d’une mélodie, le violon en est le récitant qui fait le récital. Si l’histoire n’a pas besoin d’un tiers écoutant le récit en a un besoin vital. Les innombrables narrations qui jalonnent nos cultures ne peuvent se passer d’une oreille attentive sous peine simplement de ne pas être. Les manuscrits de Qumran ne sont devenus des récits qu’au moment où ils ont étés récités. Les histoires peuvent se passer de nous. Elles sont les faits indépendants de nous hic et nunc ; les récits nous les approprient. Pour réciter il faut être au moins deux, une histoire et un écoutant.

 3 De celui qui écrit et de l’endroit d’où il écrit, de celui qui écoute et de l’endroit d’où il écoute.

Les histoires et les récits semblent être de nature différente. Disons pour faire simple, que les seconds réalisent les premières. Mais la question épineuse n’est pas là ! Si pour un récit il faut tout d’abord une histoire (et celui qui l’écrit) et quelqu’un qui l’écoute, ce duo nécessaire ne vit presque jamais au même moment.

Les auteurs des cosmogonies, les scientifiques de l’histoire, les poètes ont écrit et raconté leurs histoires de l’endroit où ils étaient vivants, ni avant, ni après. Le présent est le lieu de la cristallisation du temps qui passe et qui viendra. Saint Augustin nous confesse cette méditation que le passé et le futur n’existent pas en soi, l’un n’est plus, l’autre n’est pas encore. Ce qui existe c’est le présent de notre passé et le présent de notre futur. Le présent n’est pas la subtile et fine non-dimension du temps, inaccessible à nos sens, au contraire il est épais et trapu, il sent, il est vivant, il est le temps lui-même.

De l’autre côté, la même chose, celui qui lit, qui écoute ou qui regarde le récit est ici et maintenant nulle part ailleurs. Celui qui fait de l’histoire un récit et celui qui découvre ce récit ont en commun d’être chacun dans son propre présent. L’un et l’autre au moment où ils agissent éprouvent la même émotion, celle du présent. Ce qui est éloquent dans les récits, me semble-t-il, c’est le présent de leurs découvertes. Les récits sont au présent. Ils ont à voir avec nous. Croire le contraire c’est nier notre fil commun du temps.

4 Les récits pourquoi faire ? : D’où venons-nous et où allons-nous ?

Toutes les sciences ne racontent pas de la même manière. Certaines prédisent, d’autres rétrodisent ; celles-là se « plantent-là » rigoureusement dans leur présent, c’est la physique, la biologie, la chimie, la sociologie. D’autres n’ont pas d’autre choix que celui de réécrire à partir de leur présent mais avec l’obligation de narrer à partir du passé, c’est l’histoire des civilisations, la géologie, la cosmologie l’histoire de la littérature, etc.

Nous le savons déjà, les récits sont là pour rendre intelligible les petits et les grands chaos, les petits et les grands mystères. Les petits récits sont la réponse à ceux-là, les grands à ceux-ci. Ces derniers ont peut-être la faculté de nous toucher tous. Les sciences neurologiques et psychologiques, l’histoire aussi, ont montré notre proximité par nature avec ceux qui ont écrit leurs mythes fondateurs. Nous pouvons nous les approprier. Ce qui depuis toujours nous incline à fonder des récits, ce sont les fameux D’où venons-nous ? et Où allons-nous ? Le premier fraie avec l’histoire et la rétrodiction, le second avec la prédiction et l’anticipation, ceci quel que soit le système de connaissances mis en œuvre, la science, l’histoire, la fiction ou l’algorithme informatique avec plus ou moins de succès.

Mais le système D’où venons-nous ? et Où allons-nous ? est séparé par la frontière qui justement nous intéresse, le présent, sans toutefois jamais l’embrasser. Ces deux enjeux majeurs de nos cultures nous positionnent ou dans le passé ou dans le futur. Mais nous sommes les spectateurs de ces récits au présent. Il nous faut réinvestir cette ligne de partage des temps. D’où venons-nous ? et Où allons-nous ? peuvent devenir alors D’où allons-nous ?… Du présent bien sûr.

Voilà, à travers toutes nos sensibilités, l’expérience que je vous propose, c’est d’interroger nos grands récits à partir de notre présent. Commettre consciemment l’erreur majeure de la subjectivité ; faire revenir à nous toutes nos connaissances pour les regarder d’un peu plus près.

Alex Lena, Chargé de médiation de la Culture Scientifique, Technique et Industrielle, Université Claude Bernard Lyon 1

Grands Récits futur travail inter universitaire

Jeudi 7 juillet 2016, L’Université Lyon 3 accueillait le Comité Scientifique pour une réunion de bilan de l’action Arts/Sciences de l’année 2015/2016 et poser les premières bases de travail de l’année universitaire à venir.

Le Comité Scientifique s’étoffe de nouveaux partenaires parmi lesquels, l’IUT de Chambéry Mont Mont, le Musée des Beaux Arts de Lyon, le Musée Gallo Romain de Vienne. L’Université de Turin sera sans doute aussi partenaire à partir de janvier 2017.

Nous nous réjouissons que les universités de Lyon, (Lyon 1, Lyon 2, Lyon 3, l’UCly, Jean Monnet à Saint Etienne) continuent à être inventeurs d’une  insertion de l’art au coeur de l’université, de l’étudiant et des enseignants chercheurs volontaires.

Les Grands Récits – Formalisation – Diffusion – Réception / Interprétation

seront pour cette nouvelle année le thème de travail dans chaque Etablissement d’Enseignement Supérieur, avec des échanges artistiques, ateliers et pratique, une restitution orale du travail des étudiants et  un spectacle de la Compagnie de danse Hallet Eghayan sur le travail scientifique proposé.musee-des-beaux-arts-lyon

Ce sera le Musée des Beaux-Arts de Lyon

qui accueillera la journée inter universitaire en mars 2017

Des ateliers chorégraphique à l’UCLy

 

Des ateliers chorégraphiques sur le thème des Traces Ecrites.

Les 25 et 26 février à l’UCLy plus de 30 étudiants des 4 universités de Lyon et les étudiants de l’école de la Compagnie de danse Hallet Eghayan ont pour certains d’entre-eux appréhendé le mouvement dansé pour la première fois. Il s’agit ici de retranscrire par le geste l’objet de leurs recherches inter universitaire qui sera présenté à l’oral et en geste, vendredi 4 mars à partir de 14 heures à l’Ucly..

P1040647-1 P1040606 P1040626 P1040651 P1040609 P1040631 P1040650 P1040611 P1040632-1

Animés par Emeline Olry et Margot Bain, toutes deux danseuses de la Compagnie de danse Hallet Eghayan, les ateliers ont connu un vrai succès… nous avons hâte de voir et d’entendre les restitutions vendredi 4 mars de 14 à 20 Heures.

Lire la suite

« TRACES ÉCRITES » à l’UCLy le 4 mars 2016

Lien

Pour la 5ème année consécutive, la Compagnie de Danse Hallet Eghayan s’associe aux 4 universités de Lyon pour proposer le 4 mars 2016 une après midi de rencontre entre enseignants-chercheurs et étudiants de chacune des universités et de la Compagnie.

Traces Ecrites

L’écriture comme fil rouge des travaux de recherche universitaire

Cette année, ce sont près de 60 étudiants des universités lyonnaises qui, ont travaillé en groupe avec leurs enseignants sur des travaux de recherche propres aux spécialités de leurs établissements. C’est ainsi que Lyon 1 a développé ses travaux sur les signes graphiques, dans la continuité des diagrammes de Richard Feynman, l’un des physiciens les plus influents du XXème siècle. Lyon 2 a quant à elle réalisé ses recherches sur les écritures urbaines réalisées à l’échelle de la ville tel que les tags ou les graffitis. Lyon 3 étudiera les 2 dernières aventures culturelles, résidence et exposition pour repérer comment une trace écrite individuelle peut-elle être transformée ? L’UCLy a retracé, à travers l’écriture arménienne la mémoire et l’histoire du peuple arménien.

Un projet collaboratif entre expression orale et artistique
Pour la première fois cette année, en plus de l’exercice d’expression orale, les étudiants proposeront une restitution de leurs travaux par le geste et la danse, sur le thème qu’ils auront travaillé, étudié et recherché. C’est également la première fois qu’ils valideront à travers cet exercice des crédits ECTS arts/Sciences, face à leurs enseignants-chercheurs et un jury artistique.

Les étudiants de la Compagnie Hallet Eghayan ont quant à eux suivis durant plusieurs semaines aux mois de janvier et févier, les cours au sien de l’UCLY sur l’histoire arménienne. Lors de cette journée, ils seront inviter à danser aux cotés des étudiants.

Au programme :

– 14h : Accueil Université Catholique de Lyon, salle Louis Vicat
– 14h15 : Accueil par Madame Annick Rivet, Vice-Rectrice de l’UCLy
– 14h30 à 17h : Restitution du travail universitaire et artistique par les étudiants des 4 universités et de la Compagnie

– 17h : Initiation à l’écriture arménienne par Maxime Yevadian, enseignant-chercheur, Titulaire de la Chaire d’Arménologie à l’UCLy
– 18h : « Anamorphose » : spectacle de danse par la Compagnie de danse Hallet Eghayan, proposé grâce à la Composition Vivante sur le thème travaillé entre étudiants des universités et danseurs de la Compagnie

ENTREE LIBRE dans la limite des places disponibles

http://www.ucly.fr/agenda-de-l-ucly/

Livret des 5ème Rencontres Arts/Sciences

rencontre inter universitaire 4 livret

 

Lumières Lumière

Lumières Lumière
mardi 6 octobre à 18 h 15 début de la prestation arts/Sciences à la BU de l’Université Claude Bernard Lyon 1 en présence de son Président et de la responsable de la Bibliothèque.
Devant un parterre de 120 personnes, les 4 danseurs ont évolués durant 10 minutes sur le thème de la Lumière… quelques tweets en direct de la manifestation.

buBU Lyon1@BULyon1 il y a 21 minutes

Quartier libre a retrouvé son vrai visage et a donc ré-ouvert, grâce à l’efficacité nocturne du personnel ! 😉

BU Lyon1 a Retweeté

flashFlash@NacimBouu il y a 14 heures

@BULyon1 beaucoup de sensations dans cette danse bravo

1 Retweet 1 favoris

BU Lyon1 a Retweeté

beaBeatrice Dias@BDCom_Lyon1 il y a 15 heures

Lumière, lumières @BULyon1 @UnivLyon1 démarrage officiel avec la compagnie hallet eghayan

image1

4 Retweets 1 favoris

buBU Lyon1@BULyon1 il y a 15 heures

La chorégraphie vient de démarrer à Quartier libre, au son des vagues… #FDS2015

image2

buBU Lyon1@BULyon1 15 hil y a 15 heures

Le président de l’@UnivLyon1 lance les festivités de la #FDS2015 autour de la #lumière à la @BULyon1

image3

Première réunion de rentrée pour le Comité Scientifique

Première réunion de rentrée pour le Comité Scientifique

Lundi  31 aout de 16 h à 18 heures, première réunion de rentrée du Comité Scientifique. Ordre du jour bien chargé avec la validation du thème, des dates et des orientations de chaque université pour l’information des étudiants et enseignants chercheurs dès leurs rentrées universitaires.

C’est ainsi que le thème suggéré lors du dernier Comité a été validé : Traces écrites, décliné à l’UCCLY pour les enseignements spécifiques en arménologie par Danse et Traces d’écriture..
La date de restitution est prévue pour tous le vendredi 4 mars 2016. Le matin serait consacré aux ateliers d’écritures inter-universités en fonction des thèmes validés par elles, l’après-midi les édutiants proposeraient leurs travaux de recherche oraux et physique.

Les thèmes : Lyon 1 : Signes et symboles comme notation
Lyon 2 : Signes en musicologie et numérique
Lyon 3 : Déchiffrement des écritures du 13ème siècle avant J.C. (linéaire B)
UCLy :   Traces d’écriture suivi par un philosophe art/science : Sylvie Allouche.
UJM    : A définir.

Autres décisions prises : Faire poursuivre le projet sur les 2 semestres de façon à ce que l’oral du 4 mars puisse entrer dans les crédits ECTS.
Proposer un dossier Biennale de Lyon en Festival Off de façon à ce que les 4 années de recherches inter-universitaires puissent être relayées dans chacune des universités par le biais des conférences dansées Arts/Sciences.

Prochaine rencontre : mardi 13 octobre à l’UCLY avec visite du tout nouvel espace.

Comité Scientifique du 31 aout Comité Scientifique du 31 aout.jpg..3 Comité Scientifique du 31 aout.jpg.2

3ème et 4ème Correspondance du PASS au Colloque Science&you à l’Université de Lorraine.

3ème et 4ème Correspondance du PASS au Colloque Science&you à l’Université de Lorraine.

Du 2 au 6 juin l’Université de Lorraine organisait des rencontres Colloque Science&You qui regroupait près de 900 enseignants chercheurs du monde entier. La première journée de travail en Lorraine, dans le nouveau Centre Prouvé au cœur de Nancy, s’est préparé les nouvelles « 3ème et 4ème Correspondances » avec 8 danseurs de la compagnie de danse hallet eghayan et le percussionniste Henri-Charles Caget Spectacle proposé ensuite en ouverture du colloque international Science&You mardi 2 juin à 20h. Très beau moment de « Composition Vivante devant un public attentif et nombreux.
mercredi 3 juin ,  restitution du travail d’ateliers menés par deux danseurs de la Compagnie de danse Hallet Eghayan à Metz, avec plusieurs doctorants,   qui permettent les   » frottements  » entre arts et sciences. L’expérience fut unanimement appréciée.

Prochaines correspondances, pour l’inauguration d’une exposition sur la Lumière à Lyon 1 et pour l’inauguration de la nouvelle université catholique de Lyon en octobre prochain.

10403950_10207023185081515_6831545196506523963_o 11377335_10207023276923811_3180189797359093727_n 11391293_10207023391846684_8593605486288520080_n 11411740_10207027040337894_2696755867622817417_o

Le PASS et Science&you

Le PASS et Science&you
Dans le cadre de l’organisation de Science & you, la Compagnie de danse Hallet Eghayan,forte de son expérience arts/Sciences participe à la première journée de lancement de ce colloque Mondial qui regroupe près de 900 chercheurs…
banniere-forum

Mardi 2 juin

18h00 OUVERTURE OFFICIELLE

18H35 LE MOT DU COMITE SCIENTIFIQUE

19H20 DISCOURS DE YOSLAN DUR 

Spécialiste du Programme, Division des politiques scientifiques et du renforcement             des capacités, UNESCO

19h30 DISCOUS DE PIERRE MUTZENHARDT

Président de l’Université de Lorraine

20h00 CORRESPONDANCES – Spéctacle

Pôle Arts Sciences Société et la Compagnie de danse Hallet Eghayan

SPECTACLE

20h45 COCKTAIL