Jeudi 18 décembre 19 heures

Jeudi 18 décembre 19 heures

Rendez vous cette fois avec deux des quatre étudiants de l’Ecole Supérieure des Télécoms de Saint Etienne pour les premiers essais du système qui sera adapté au chausson de danse qui permettra, à partir d’une wifi et d’un ordinateur de créer des effets de lumière, d’approche, et de différents autres effets lumineux voulu et orchestrés par le chorégraphe et les danseurs.
Prochaine réunion de travail mercredi 14 janvier de 9 h à 12 heures pour des essais en situation et premières exigences chorégraphiques et lumineuses.

WP_20141218_011 WP_20141218_004 WP_20141218_016

INTERMED AU MAROC, vécu par Marine Jouvenot, danseuse de la Compagnie de danse Hallet Eghayan

INTERMED AU MAROC, vécu par Marine Jouvenot, danseuse de la Compagnie de danse Hallet Eghayan

Dimanche 30 Novembre 2014, départ direction Rabat au Maroc pour trois de nos danseuses accompagnés de Michel Hallet et de Thierry Rollet.

DSC00271Lundi matin, découverte du studio de répétition au 4ème étage du théâtre Mohammed V. Tout est là bien à sa place, rien n’a changé depuis l’année dernière ou presque ! Nous    faisons la rencontre des trois circassiens marocains de l’école Nationale de cirque de Shemsy, qui nous suivront ensuite en France, et de Fouad, musicien marocain de la ville de Salé, qui nous accompagnera tout au long de la semaine sur nos ateliers.

DSC00333La semaine passe vite portée par les mélodies envoûtantes de notre ami Fouad : cours technique du matin suivi de l’atelier de Composition Vivante pour les six danseurs donné par Michel autour du thème « Conquête-Planêtes ». Ces sessions de travail sont suivies d’ateliers donnés par une danseuse de la Compagnie accompagnée d’un circassien, à l’école de cirque de Shemsy et un autre le soir pour les étudiants de l’université Mohammed V (école Polytechnique).

DSC00335Ce festival Intermed à Rabat s’est clôt le samedi 6 décembre par la représentation sur la scène du chapiteau de Shemsy d’une pièce de 30 minutes, restituant le travail effectué lors de la semaine avec les six danseurs renforcés par 7 étudiants de l’école polytechnique. Nous avons pu observer le Big bang, la création d’une planète émanant de ce chaos et l’apparition de la vie… Tout cela au travers de la danse bien évidemment.

DSC00360Des projets plein les valises pour la prochaine édition.

Une première dans le Festival Intermed une photo-chorée ou danse-lumière. Expérience de la cosmogénèse

Une première dans le Festival Intermed une photo-chorée ou danse-lumière. Expérience de la cosmogénèse.

Belle première expérience ce Mercredi 10 décembre, durant deux heures pour les invités marocains et italiens du Festival Intermed qui ont pu se méler aux étudiants de la Compagnie de danse Hallet Eghayan pour un atelier de « photo-chorée » animé par l’artiste-peintre François Robin.
L »objectif était de faire prendre conscience de la Conquête de son espace, de sa place dans le champs cosmique.

Le cadre : Les murs latéraux du studio de danse des Echappées-belles sont tendus de papier noir, répondant à la couleur du sol où les danseurs évoluent. Le plateau horizontal se retrouve ainsi prolongé par les deux surfaces verticales, comme une pliure de l’espace-Terre qui se projette ainsi dans l’espace-Ciel.

L’alternance géographique entre le centre (plateau) et la périphérie (jardin et cour) matérialise l’alternance du langage Danse-Dessin.

L’outil :La craie de pastel sec est retenue pour ses nombreux avantages :

-grande pureté des pigments = grande luminosité.

-facilité d’utilisation ne nécessitant pas d’outil technique (pinceau)

-technique sèche propre permettant une utilisation en mixité avec la danse sans installation de protection lourde

-outil de graphie d’un usage aisé, en prolongement naturel du corps.

Le rythme : Cette séance s’appuie sur le déroulement de l’album Diagnostic d’Ibrahim Maalouf, choisi pour sa grande qualité évocatrice, l’alternance de ses tempi et la très grande richesse de son métissage méditerranéen en adéquation avec l’échange culturel franco-italiano-marocain des danseurs.

 Le projet : Il ne s’agit pas ici de « danser sur du papier », mais de révéler une conscience de la lumière, de faire naître chez le danseur une conscience d’un anima illimité qui prend naissance au cœur de son être dansant pour se projeter dans le monde et plus loin encore.

Les danseurs alternent danse et graphie, sources et miroirs réciproques.

L’outil graphique sert de marqueur, laissant une trace qui n’est pas un but en soi mais le repère d’une aventure intérieure.

 Le déroulement : Lilly  2 :07

cosmogenese 2 Danse.

Dans la pénombre.

Les danseurs sont au sol, départ allongé ou en position fœtale.

La lumière naît quelque part en nous. Nous prenons conscience de notre matière, opaque, primitive. Pour rendre possible la lumière, il faut aérer cette matière, la rendre meuble et vibrante, l’irradier de l’intérieur.

Will Soon be a Woman                       5 :30

Dessin.

La lumière d’ambiance est un peu plus forte.

Les danseurs rejoignent les murs.

Avec un pastel, ils tracent à hauteur de leurs yeux un cercle de la taille de leur visage. Dans les limites de ce cercle, ils poursuivent la danse de cette naissance entreprise au sol, en prenant conscience du lien qui existe entre le flux qui passe de leur « cœur » à travers leur main, leur bras, jusqu’à la lumière qui naît du pastel et se pose sur le papier.

 Intro                                                   1 :19

cosmogénèse 4Danse.

Les danseurs ont rejoint le centre du plateau. Ils sont debout.

Sans jamais quitter leur espace initial dont ils font leur centre, ils mettent en danse leur corps, conscients de la lumière qui vibrillonne, rebondit à l’intérieur de chacun d’entre eux en attendant d’être libérée. Le danseur s’en nourrit, en tire l’énergie vitale.

Maeva in the Wonderland                   6 :47

cosmogènèse 5Dessin.

On monte un peu la lumière.

Les danseurs rejoignent les murs.

A partir de leur visage, ils mettent en danse-lumière leur image, conscients du rayonnement qui les habite.

Your Soul                                           2 :22

Danse.

On monte encore la lumière.

Les danseurs tiennent leur pastel et se tournent vers les danseurs du mur opposé.

Ils prennent conscience de la lumière qui est contenue en puissance par la craie et qui porte déjà leur propre histoire de lumière. Lentement, ils se rejoignent au centre du plateau, se croisent, s’interrogent du regard, se transmettent les craies et partagent leurs énergies. Puis ils continuent vers la trace de l’autre, sur le mur opposé.

 Everything or Nothing              7 :04

Dessin.

La lumière est complète.

C’est un échange. Les danseurs sont face aux murs, devant l’imago d’un autre.

De chaque mur, cour et jardin, le danseur le plus proche de la scène démarre du graphe qui lui fait face et prolonge la lumière vers son voisin. Celui-ci prend le relai en échangeant la craie et poursuit son geste. Les danseurs font ainsi circuler la lumière d’un graphe à un autre, sans jamais quitter leur place mais en échangeant les craies. Une fois le premier lien complètement établi de part et d’autre du mur, tous réamorcent le lien lumineux depuis leur place et font circuler autant de chemins de lumière.

 Never Serious                                     4 :24

cosmogénèseDanse.

Les danseurs sont au centre du plateau.

L’excitation des atomes par la lumière provoque une émission d’énergie. C’est cet échange entre les corps qui met le monde en mouvement. Les danseurs expérimentent cette transmission de leur lumière intérieure les uns aux autres. Frottements, magnétisme – attirance et répulsion – il s’installe un univers vibratoire de transmission, d’attraction, un équilibre du corps de ballet qui passe par une nécessaire conscience du groupe.

 We’ll Always Care about You     4 :26

cosmogènèse 6Dessin.

Les danseurs rejoignent leur imago premier.

Du centre du graphe, ils expriment la danse de leurs bras et jambes, sans se soucier de leur réalité anatomique ou de leur nombre, en commençant par une danse personnelle puis en cherchant à répondre à la danse de l’autre, unissant leurs traces dans une même danse de la lumière.

 Douce                                                 5 :45

cosmogènèse 7Danse.

On rebaisse un peu la lumière, plus douce.

Les danseurs sont au centre du plateau.

Chacun danse seul. C’est la lumière apaisée, l’omniprésence d’une énergie profonde dont on cherche à saisir toute la force tranquille.

 All the Beautiful Things            11 :01

Dessin.

Les danseurs rejoignent les murs opposés.

C’est l’appréhension de l’espace. Chacun continue le récit de sa lumière en comblant les interstices par des graphies, laissant la main tracer sans souci du sens, circulant librement sur le mur, interférant avec souplesse et fluidité dans l’espace des autres, conscients d’une œuvre commune.

 Diagnostic                                           2 :54

cosmogénèse 3Danse.

La lumière est ramenée à la pénombre.

Les danseurs se rejoignent lentement au centre du plateau, brandissant leur craie, les yeux se fermant peu à peu. C’est une danse de la lumière intérieure, presqu’immobile.

 Beirut                                                  10 :42

Composition vivante.

Les danseurs se sont regroupés au centre du plateau, formant un chœur centré sur lui-même.

La troupe raconte l’histoire vécue pendant cette expérience. Naissance de la lumière, éclosion, transmission, explosion aux confins de l’univers.

Festival des Enfants 2015 : première rencontre

Festival des Enfants 2015 : première rencontre

Mardi 10 décembre 17 h 30

Première réunion de préparation du Festival des Enfants en présence des enseignants, des conseillers pédagogiques et deux représentants de la Ville de Lyon, ainsi que les danseurs pédagogues qui entoureront et formeront les enseignants.

Près de 2 heures de réunion pour faciliter la mise en oeuvre du Festival des Enfants 2014/2015 – 17 classes de primaires sont cette année concernées parmi lesquelles 6 issues des quartiers « Politique de la Ville »
Après le présentation détaillée du dispositif d’organisation par Bruno Miachon, du projet pédagogique et artistique sur le thème : Conquête Lumière
les enseignants se sont répartis en sous-groupes avec les danseurs concernés par leur classe afin d’affiner le dispositif et mettre en place les séances de travail qui suivront…

image 1 image 3 image

Prochain rendez-vous : début janvier 2015