Which side story ?

Création chorégraphique sur les origines et l’évolution de la bipédie et de l’homme (2004)

Pièce pour 6 danseurs (tout public – à partir de 6 ans) – durée : 1h

« Pour Sapiens, courir pour abattre ou pour fuir un animal, c’est chasser ; courir pour trouver l’état de la course, c’est danser ; nous le savons tous. Ainsi pour lui le geste utilitaire et le geste symbolique sont le même. Ce qui les différencie c’est la conscience qu’il en a. Mais en fut-il de même pour tous les hominidés, et la quête symbolique de Sapiens fut-elle préparée par ses prédécesseurs, comme le furent les bipédies au cours de l’évolution de notre famille ? Aujourd’hui peut-on répondre oui, peut-on répondre non ? La réponse est cachée. Elle est enfouie dans notre corps, dans sa mémoire.wssPeut-on la retrouver au travers de la danse, au sein des connaissances sur ce que furent l’évolution de l’anatomie et des bipédies, sur ce que furent les besoins, les aspirations et les danses de nos prédécesseurs, sur ce que furent les solutions toujours précaires qu’ils mirent en forme pendant des millions d’années pour atteindre l’émotion sublime de leurs joies immenses et de leurs terribles peurs ? La réponse est cachée. Elle nous attend au cœur de nos intuitions dans la mesure où l’on ose en écarter les préjugés acquis, les idées ancrées qui pavent l’histoire de nos questionnements éternels. Pour nous la seule façon d’oser une réponse c’est de n’en formuler aucune et de nous effacer devant le foisonnement des possibles, ce patrimoine gestuel qui recouvre ce que les scientifiques appellent les contraintes ancestrales, c’est redéployer le jeu des variations. Et pour nous la seule façon de vivre l’arbre des possibles c’est de laisser les danseurs se fondre dans l’état des corps et l’état des cœurs de nos lointains ancêtres. Seule la danse peut savoir puisqu’elle écrit pour le vent. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *