2ème rencontre entre les étudiants de Centrale Lyon et les danseurs de la Compagnie Hallet Eghayan

2e rencontreJeudi 24 avril à 17 heures, les étudiants du projet « Chaussons intelligents » de l’école Centrale Lyon, venaient présenter les avancées du projet qui doit voir sa finalité mi juin.
Deuxième étape donc avec, une présentation des différentes possibilités offertes pour la mise en effets : lumière, son, etc… grâce à l’intégration de capteurs Arts Numériques intégrés sur la partie supérieure du pied du danseur.
6 effets ont pu être repérés dans les fonctions du capteur proposé qui pourrait permettre de gérer 8 capteurs à partir d’une seule interface.
– Effet de pression
– Effet d’inclinaison
– Effet de boussole
– Effet de distance
– Effet de flexion
– Effet d’accélération

Ces effets pourraient être combinés en fonction des souhaits des danseurs et/ou chorégraphe et des « messages chorégraphiques » qui seraient à porter dans le cadre des prochains « exposés dansés » de mars prochain au sein des 5 universités de Lyon et Saint Etienne.

Les étudiants doivent maintenant finaliser un prototype, faire des essais in situ, sur un ou 2 danseurs et finaliser cette première étape pour mi juin 2014
Une poursuite du projet est envisagée pour d’autres groupes de centraliens dès la rentrée prochaine afin d’ aborder : la miniaturisation du process, la sensibilité de chaque danseur en fonction des capteurs/récepteurs (gérer les interférences éventuelles)
Valider les effets escomptés dans l’espace, en projection, en onde lumière…

Bravo donc à Mickael, Nicolas, Jerémy, Yann et Pierre et à leurs enseignants chercheurs M. Pérouard et Jezequiel.

Les étudiants de Centrale au studio

Jeudi 23 septembre de 14 à 17 heures, 5 étudiants de l’École Centrale d’Ecully, accompagnés de deux de leurs enseignants, Messieurs Jezequiel, et Pevouard, ont croisé les prémices de leurs recherches avec les besoins des danseurs.

Objectif : Étudier la mise en fabrication de « chausson de danse » intelligent.

Après un échange fructueux, les étudiants et les enseignants proposent des axes de développement :
– intégrer les nouvelles technologies dans le chausson.
– associer les lumières exprimées dans la danse, dans les mouvements.
– capter les mouvements pour les redonner sur l’instant (écran, sol, espace, holographie ?)
– repérer et mettre en place des indicateurs de fatigue physique afin de palier par une nouvelle étude qui serait conjointe avec la recherche médicale, pour trouver des solutions de « dé fatigabilité » et effacer les traumatismes qui pourraient se développer.

Les deux études pourraient être menées de front, la première testée sans doute avec de nouveaux chaussons (prototypes) pour fin septembre/début octobre au sein de chacune des universités, lors de la restitution des « Lettres à Isadora » livre à sortir aux éditions EMCC pour l’occasion.

RV-etudiants-Centrale